Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 12:56

Synopsis

Pour sa première mission, James Bond affronte le tout-puissant banquier privé du terrorisme international, Le Chiffre. Pour achever de le ruiner et démanteler le plus grand réseau criminel qui soit, Bond doit le battre lors d'une partie de poker à haut risque au Casino Royale. La très belle Vesper, attachée au Trésor, l'accompagne afin de veiller à ce que l'agent 007 prenne soin de l'argent du gouvernement britannique qui lui sert de mise, mais rien ne va se passer comme prévu.
Alors que Bond et Vesper s'efforcent d'échapper aux tentatives d'assassinat du Chiffre et de ses hommes, d'autres sentiments surgissent entre eux, ce qui ne fera que les rendre plus vulnérables...


  Un bond en arrière...

Quatre ans après Meurs un autre jour et pour cette 21ème aventure officielle (22 si on compte Jamais plus jamais comme faisant partie, à juste titre, de la série), notre double zéro préféré est de retour dans une adaptation moderne de Casino Royale qui marquait en 1953 les débuts de Bond dans le monde littéraire. Une première version parodique du roman était sortie en 1967 avec Peter Sellers et David Niven.

Fidèle à la tradition, l'action se déroule dans les quatre coins du monde: Madagascar, Bahamas, République Tchèque, Italie, Grande Bretagne.... de quoi dépayser le spectateur durant 2h18. Mais quelques différences majeures opposent Casino Royale à ses prédecesseurs.
Première constatation, le film est probablement un des plus sombres de la série. L'agent secret donne des coups mais en prend également et pas de petites gifles . Brosnan avec son physique de danseuse aurait eu des crises de tachycardie !
Parfois violent quand il le faut, James Bond est aussi plus humain qu'à l'accoutûmé - première mission donc manque d'expérience dans le milieu.

Il nous offre là une panoplie plus profonde de sa personnalité et on le connait désormais fragile et vulnérable comme tout homme sur Terre. L'agent spécial est toujours un tombeur mais finit par tomber lui-même.
La présence assez (trop) omniprésente de M, chef de 007 et toujours aussi femme depuis Goldeneye (réalisé tout comme Casino Royale par Martin Campbell), remet une couche de crème Nivea sur la peau rugueuse de notre agent secret.


D'ailleurs, j'ai toujours autant de mal à donner de la crédibilité à ce personnage tant son rôle me paraît inapproprié et sans vouloir passer pour un mysogine, je constate que la supérieure de Bond est davantage une mère qu'un big boss à la poigne de fer, froid et détaché comme pouvaient l'être les prédecesseurs masculins du personnage. L'autorité qu'elle a sur l'agent excessivement materné paraît factice voire limite ridicule.
Autre constatation, James Bond n'a pas forcément besoin de gadgets (ou même d'un tank...) pour arriver à ses fins.
Tout au plus a-t-il le dernier modèle super sophistiqué de l'Aston Martin.

Et un bond en avant !


Exit les quiches avariées façon Pierce Brosnan.
Cette fois-ci, c'est Daniel Craig, un acteur britannique de 38 ans, révolu jusqu'à maintenant aux rôles secondaires (on l'a notamment vu dans Tomb Raider, Les Sentiers de la perdition ou Munich) qui endosse le smoking légendaire de notre agent secret. Le sixième. Mission accomplie ? Si l'on en croit les recettes du film, à coup sûr puisque Casino Royale est le film de la franchise bondienne le plus rentable à ce jour. 
Mais qu'en est-il vraiment de sa prestation à l'écran ?





Globalement, j'ai été agréablement surpris par sa performance.
Son physique de vigile de supermarché, blond aux yeux bleus, colle finalement assez bien au personnage.
Bond a perdu sa tête à claques et est redevenu quelqu'un de respectable, quelqu'un qui a du charisme. Le jeu de Craig est sobre mais efficace: Bond est peu loquace, il préfère agir mais n'hésite pas à faire preuve d'humour dans certains moments critiques (c'est d'ailleurs un peu la marque de fabrique bondienne). C'est tout de même un peu tôt pour donner un avis définitif sur la capacité de Craig de tenir un des rôles historiques du cinéma mondial mais les débuts du britannique sont plus qu'encourageants, n'en déplaisent à certains fans encore amers.

Le tandem qu'il forme avec Eva Green, fille de l'actrice Marlène Jobert et qui interprète la délicieuse Vesper Lynd, est très glamour. Et son opposition avec Le Chiffre (Mads Mikkelsen) digne des plus grands films de la série. L'affrontement entre les deux hommes ne se fait pas ici à coups de lance-roquettes et autres armes destructrices. C'est une guerre financière qui est livrée dans ce film à travers une partie de poker où le bluff est l'arme ultime. Le Chiffre a ce petit signe particulier (un oeil gauche faiblard) qui fait de lui le "Méchant" mais n'a cependant pas la force et les ambitions de pouvoir des habituels ennemis de Bond.
Il reste le sbire d'un plus gros poisson encore.


Au final, Casino Royale marque un tournant dans la série.
Plus sombre et moins naïf, le film opère une cassure aussi brutale que nécessaire avec l'époque brosnienne où paillettes et explosions ont fini par dénaturer le mythe de 007.
Un retour au source qu'il s'agira de confirmer dans le prochain opus prévu pour 2008. 


Ils en parlent aussi dans leur blog...


"Intelligent et efficace, novateur et surprenant, le nouveau Bond séduit et renvoie aux oubliettes les précédents."
Share my world

"J'ai franchement été agréablement surprise, moi n'étant pas très très fan des James Bond."
Untitled

"Soutenu par une mise en scène rythmée, nette et sans violon, Martin Campbell se permet toutes les audaces dont celle de créer une vraie histoire d'amour convaincante, belle, tragique et jamais niaise." 
Le meilleur du cinéma

"La franchise James Bond ne flambera pas au Casino Royale."
Le fil de l'info ciné

"Le charme mal dégrossi de Daniel Craig va sans doute apporter un peu de sang neuf à cet univers qui, à l'issue des années Brosnan, finissait par tourner en rond."
Passion Scopik



Partager cet article
Repost0

commentaires

voyance par mail gratuite 18/08/2016 10:06

Très beau blog, merci pour les détails sur les prises de vue, ça va me faire progresser.

007bond 20/01/2009 02:16

Plus qu'excellent !!!Merci pour ta critique de "Casino Royale" que je découvre. Je suis un très grand fan de Craig et du nouveau Bond beaucoup plus sombre et plus réfléchi. De même, pour "Quantum Of Solace" que l'on ne peut dissocier du 1er opus. Le vent du renouveau souffle sur le nouveau Bond et c'est tant mieux !!!

gérard ROCHER 10/04/2007 08:02

Quelle^partie de poker!!! En tout cas, un excellent film d'aventures, bourré d'idées originales. Tout cela emmené par un James Bond hors du commun et toujours de jolies ma dames et voici un cocktail bien savoureux. Un bon cru!!!
Gérard

Spazmatazz 10/02/2007 09:57

Regarde "Demain ne meurt jamais" et tu comprendras que Casino Royale est un bon Bond. :D

azazell 09/02/2007 23:39

Je viens de visionner Bond ...........
Désolé de faire tache dans tout ce concert de louanges, j'ai trouvé ça chiant et sans intérêt.